théâtre


théâtre

théâtre [ teatr ] n. m.
• 1213; lat. theatrum; gr. theatron
I(Édifice).
1Antiq. Construction en plein air, généralement adossée à une colline creusée en hémicycle et comprenant quatre parties : le « theatron » (enceinte destinée au spectateur), l'hyposcenium, le proscenium et l'orchestre. amphithéâtre. Théâtres grecs d'Épidaure, de Delphes. Théâtres antiques d'Orange, d'Autun. Spécialt Le « theatron ».
(XIVe ) Mod. Construction ou salle destinée aux spectacles se rattachant à l'art dramatique (aussi auditorium). Un grand théâtre. Disposition, aménagements ( scénographie) , parties, éléments d'un théâtre. salle, scène; avant-scène, baignoire, balcon, cintre, corbeille, coulisse, 1. dessous, fauteuil, foyer, galerie, loge, manteau (d'Arlequin), orchestre, paradis, parterre, planche, plateau, poulailler, praticable, projecteur, promenoir, rampe, rideau, trou (du souffleur).
2(1542 fig.) Vx L'endroit où les acteurs jouent. scène. Spécialt Sorte de scène mobile construite sur des tréteaux (utilisée au Moyen Âge par les troupes ambulantes). « La charrette-théâtre existe encore. C'est sur des théâtres roulants de ce genre qu'au seizième et au dix-septième siècle on a joué » (Hugo).
3(XIVe « représentation ») Cette construction, cette salle lorsqu'un spectacle est présenté au public; le spectacle auquel on assiste. Aller au théâtre. spectacle. La sortie des théâtres. Jumelles de théâtre.
4(1690) Entreprise de spectacles dramatiques, généralement attachée à une salle (théâtre, 1o). aussi compagnie, troupe. L'Illustre-Théâtre. Théâtre-Français (cf. Comédie-Française). Théâtre de l'Odéon. Théâtre national populaire (T. N. P.). Le théâtre national de l'Opéra de Paris. Les théâtres subventionnés. aussi café-théâtre. Théâtre aux armées : spectacle en tournée, réservé aux soldats de la zone de combat. — Théâtre qui joue, qui donne, monte une pièce, un spectacle. matinée, première, représentation, séance, soirée; reprise, saison. Répertoire d'un théâtre. Théâtre qui fait relâche. Répétitions de théâtre. Directeur, troupe et personnel d'un théâtre. accessoiriste, acteur, comédien, costumier, décorateur, figurant, habilleur, machiniste, maquilleur, 2. ouvreur, placeur, régisseur, revuiste, souffleur (cf. aussi Metteur en scène). Un homme, une femme de théâtre. Partir en tournée avec un théâtre.
5Par anal. Construction, petite scène, écran où l'on donne un spectacle sans acteurs. Théâtre d'ombres, de marionnettes.
6(1671; par anal., de I, 2o) Théâtre d'eau, théâtre de verdure : aménagement artistique dans un parc de pièces d'eau, d'arbres et de plantes.
7(XVIe) Fig. LE THÉÂTRE DE : le cadre, le lieu où se passe un événement. ⇒ scène. Cette plaine a été le théâtre de nombreux combats. « Ce que dans la langue du ministère public on nomme le théâtre du crime » (Balzac). Milit. Théâtre d'opérations : zone d'opérations militaires. Théâtre d'opérations extérieur (T. O. E.), situé hors de France.
II(XVIe)
1Art visant à représenter devant un public, selon des conventions qui ont varié avec les époques et les civilisations, une suite d'événements ( 1. action) où sont engagés des êtres humains agissant et parlant. scène, spectacle; dramatique, scénique, théâtral. « Nous concevons le théâtre comme une véritable opération de magie » (Artaud). Théâtre et mime. Personnages, rôles de théâtre. « Ce qu'on m'a rapporté des fastes japonais, chinois ou balinais [...] , me rend trop grossière la formule du théâtre occidental » (Genet). Théâtre total, impliquant toutes les formes de théâtre. Accessoires, costumes, décors de théâtre. décor. Grimage, maquillage, masques de théâtre : procédés par lesquels l'apparence physique du comédien est modifiée de façon à réaliser le personnage. Artifices, trucs de théâtre. machine. Critique de théâtre, qui juge les spectacles. — PIÈCE DE THÉÂTRE : texte littéraire qui expose une action dramatique, généralement sous forme de dialogue entre des personnages. ⇒ comédie, drame, 2. farce, livret, mélodrame, opéra, revue, saynète, sketch, tragédie, tragicomédie, vaudeville. Parties, éléments d'une pièce de théâtre. 2. acte, dialogue, exposition, intrigue, monologue, prologue, réplique, rôle, scène, situation, 3. sujet, tirade. Théâtre improvisé ( commedia dell'arte) . Théâtre filmé : film d'une représentation théâtrale (avec gros plans, etc.); par ext. film dont la mise en scène est théâtrale (caméra peu mobile, jeu des acteurs, etc.). — COUP DE THÉÂTRE : retournement brutal d'une situation dans une pièce, destiné à accroître l'intérêt de l'action. ⇒ péripétie, rebondissement. « Un incident imprévu qui se passe en action, et qui change subitement l'état des personnages, est un coup de théâtre » (Diderot). (1762) Fig. Brusque changement imprévu.
2Fig. Vieilli DE THÉÂTRE : théâtral (3o).
3Genre littéraire; ensemble des textes destinés à être représentés en action devant un public. comédie, drame, tragédie. « Il y a le vrai théâtre, l'étude des mœurs, la peinture des caractères, la satire des tares et des travers humains, ce grand théâtre comique » (Léautaud).
4(1561) Ensemble d'œuvres dramatiques présentant des caractères communs, une origine commune. œuvre. Le théâtre d'Eschyle, de Shakespeare, de Corneille, de Beckett. Le théâtre antique. Le théâtre espagnol. Le théâtre japonais ( kabuki, ) . Le théâtre religieux du Moyen Âge. miracle, mystère. Théâtre profane. Le théâtre élisabéthain, classique, réaliste. « Plusieurs auteurs reviennent au théâtre de situation. Plus de caractères : les héros sont les libertés prises au piège, comme nous tous » (Sartre). Théâtre à thèse. Théâtre de boulevard.
5 (1657) Activités de l'acteur; profession de comédien de théâtre. Cours de théâtre, d'art dramatique. Faire du théâtre. jouer (cf. Monter sur les planches).

théâtre nom masculin (latin theatrum, du grec theatron) Édifice destiné à la représentation de pièces, de spectacles dramatiques ; le spectacle lui-même. Entreprise de spectacles dramatiques (souvent avec majuscule) : Le Théâtre-Français. L'art dramatique, considéré comme un genre artistique et littéraire : Faire du théâtre. Ensemble des œuvres dramatiques d'un auteur ou d'une époque : Le théâtre de Molière. En Afrique, représentation théâtrale : Voir un théâtre. Attitude artificielle, outrée. Lieu où se produisent certains événements importants : Cette région a été le théâtre de nombreux combats.théâtre (citations) nom masculin (latin theatrum, du grec theatron) Antonin Artaud Marseille 1896-Ivry-sur-Seine 1948 Un théâtre qui soumet la mise en scène et la réalisation, c'est-à-dire tout ce qu'il y a en lui de spécifiquement théâtral, au texte est un théâtre d'idiot, de fou, d'inverti, de grammairien, d'épicier, d'anti-poète et de positiviste, c'est-à-dire d'Occidental. Le Théâtre et son Double Gallimard Jean-Louis Barrault Le Vésinet 1910-Paris 1994 Le théâtre est le premier sérum que l'homme ait inventé pour se protéger de la maladie de l'Angoisse. Nouvelles Réflexions sur le théâtre Flammarion Paul, dit Tristan Bernard Besançon 1866-Paris 1947 Au théâtre les spectateurs veulent être surpris. Mais avec ce qu'ils attendent. Contes, Répliques et Bons Mots Livre-Club du Libraire Paul, dit Tristan Bernard Besançon 1866-Paris 1947 Personne dans un théâtre n'a moins d'importance que l'auteur de la pièce. Monsieur Codomat, prologue Calmann-Lévy Nicolas Boileau, dit Boileau-Despréaux Paris 1636-Paris 1711 C'est un droit qu'à la porte on achète en entrant. L'Art poétique le droit de siffler au théâtre Nicolas Boileau, dit Boileau-Despréaux Paris 1636-Paris 1711 Qu'en un lieu, qu'en un jour, un seul fait accompli Tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli. L'Art poétique Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Le théâtre doit faire de la pensée le pain de la foule. Les Burgraves, Préface Eugène Ionesco Slatina 1912-Paris 1994 Seul le théâtre impopulaire a des chances de devenir populaire. Le « populaire » n'est pas le peuple. Notes et Contre-notes Gallimard Louis Jouvet Crozon, Finistère, 1887-Paris 1951 Rien de plus futile, de plus faux, de plus vain, rien de plus nécessaire que le théâtre. Le Comédien désincarné Flammarion Louis Jouvet Crozon, Finistère, 1887-Paris 1951 Il n'y a pas de science du théâtre. Écoute mon ami Flammarion Louis Jouvet Crozon, Finistère, 1887-Paris 1951 Il est facile de faire dire aux personnages ce qu'on pense d'eux. Témoignages sur le théâtre Flammarion Louis Jouvet Crozon, Finistère, 1887-Paris 1951 Un objet qui soit comme un vrai objet et qui soit faux, c'est le véritable vrai, c'est la vérité du Théâtre. Témoignages sur le théâtre Flammarion Stéphane Mallarmé Paris 1842-Valvins, Seine-et-Marne, 1898 […] Un livre, dans notre main, s'il énonce quelque idée auguste, supplée à tous les théâtres, non par l'oubli qu'il en cause mais les rappelant impérieusement, au contraire. Crayonné au théâtre, Solennité Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière Paris 1622-Paris 1673 Je voudrais bien savoir si la grande règle de toutes les règles n'est pas de plaire et si une pièce de théâtre qui a attrapé son but n'a pas suivi un bon chemin. La Critique de l'École des femmes, 6, Dorante Alfred de Musset Paris 1810-Paris 1857 J'étais seul, l'autre soir, au Théâtre-Français, Ou presque seul ; l'auteur n'avait pas grand succès. Ce n'était que Molière […]. Poésies, Une soirée perdue Jules Renard Châlons, Mayenne, 1864-Paris 1910 Théâtre. J'appelle « plan » le développement naturel des caractères. Journal, 23 juin 1902 Gallimard William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Le monde entier est un théâtre. All the world's a stage. Comme il vous plaira, II, 7, Jacques théâtre (expressions) nom masculin (latin theatrum, du grec theatron) Armes de théâtre, armes nucléaires affectées à un théâtre d'opérations, particulièrement au théâtre européen. Coup de théâtre, événement inattendu qui modifie radicalement la situation dans une pièce dramatique ou dans la vie ordinaire. Théâtre de chambre, pièces avec peu d'acteurs, destinées à être jouées dans des petites salles. Théâtre d'eau, dans un jardin, ensemble de plusieurs « allées d'eau », avec jets, cascades, statues, etc. Théâtre musical, genre artistique qui mêle des éléments musicaux, littéraires et gestuels. Théâtre national, théâtre dont la gestion est contrôlée par l'État. Théâtre d'opérations (T. O.), zone géographique nécessaire à l'accomplissement d'une mission stratégique donnée ; échelon correspondant dans l'organisation des forces. Théâtre d'opérations extérieur (T.O.E.), théâtre d'opérations situé en dehors de la France. Théâtre en rond, salle de théâtre où les spectateurs sont placés en cercle. Théâtre de rue, genre théâtral à l'esthétique prévue pour des lieux extérieurs aux bâtiments théâtraux traditionnels. Théâtre dans le théâtre, pièce qui contient en elle-même la représentation d'une pièce de théâtre, parfois une réflexion sur l'illusion théâtrale. Théâtre total, représentation qui fait appel à tous les langages artistiques (musique, chant, danse, etc.).

théâtre
n. m.
aA./a
rI./r
d1./d édifice où l'on représente des oeuvres dramatiques, où l'on donne des spectacles. Architecture, acoustique d'un théâtre.
d2./d Cet édifice, en tant que lieu où est représenté un spectacle donné; ce spectacle lui-même. Aller au théâtre.
(Québec) Théâtre d'été: salle de spectacle où l'on joue des pièces divertissantes pendant la saison estivale.
d3./d Ensemble du personnel et des comédiens attachés à un établissement théâtral; troupe, compagnie. Théâtre ambulant.
d4./d Par anal. Théâtre de marionnettes. Théâtre d'ombres.
rII./r Fig. Lieu où se passe (tel événement). Cette maison a été le théâtre d'un fait divers. Le théâtre des opérations militaires.
aB./a
rI./r
d1./d Genre littéraire qui consiste en la production d'oeuvres destinées à être jouées par des acteurs; art d'écrire pour la scène. Aborder avec un égal bonheur le roman et le théâtre.
|| Loc. Coup de théâtre: rebondissement imprévu dans l'action d'une pièce; péripétie; fig. événement imprévu entraînant des changements importants.
d2./d Ensemble des oeuvres dramatiques d'un pays, d'une époque, d'un auteur. Le théâtre grec. Le théâtre de Racine.
rII./r
d1./d Art de la représentation de telles oeuvres; art dramatique. Faire du théâtre. Un homme de théâtre.
|| De théâtre: destiné au théâtre, à la scène. Costume, maquillage de théâtre.
d2./d Manière particulière de traiter cet art, propre à un pays, à une époque, à un metteur en scène, etc. Le théâtre égyptien consistait surtout en des ballets chantés et dansés.
d3./d (Afr. subsah.) Spectacle théâtral.
Faire un (du) théâtre: donner une représentation.

⇒THÉÂTRE, subst. masc.
I. — Édifice conçu pour la présentation de certains spectacles.
A. — [Dans l'Antiq.] Construction à ciel ouvert, à l'origine en bois, puis en pierre, comprenant une scène, des gradins en forme d'hémicycle généralement adossés à une colline, et ouvrant sur un paysage de mer ou de montagnes. Théâtre grec; théâtre d'Épidaure, de Delphes, d'Orange, de Pompéi, de Syracuse; théâtre de Dionysos. Une ville qui (...) a pu s'épanouir en un foyer de civilisation, en une œuvre d'art, avec ses temples, ses portiques, ses théâtres taillés dans le roc (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 158). Le théâtre romain comprenait quatre parties: la cauea, c'est-à-dire l'ensemble des gradins semi-circulaires (...). Au pied des gradins s'étendait l'orchestra, semi-circulaire aussi (...). En avant de l'orchestra (...) s'étendait la scène, composée du proscaenium où jouaient les acteurs et du mur du fond de scène, fons scaenae (PELL. 1972).
P. anal. (d'aspect). [De nos jours] En 1885, M. Maurice Pottecher créa, à Bussang, un « Théâtre du Peuple »: théâtre en plein air, comportant de vastes tréteaux adossés à la montagne et entourés de gradins (BECQUET, Organ. loisirs travaill., 1939, p. 225).
B. — [Dep. le XVIe s.]
1. Bâtiment où se donnent des représentations (œuvres dramatiques, lyriques, chorégraphiques, etc.), comportant des installations destinées au spectacle (scène, coulisses, fosse, plateau, etc.) et d'autres réservées aux spectateurs (salle, balcons, galeries, loges, foyer, vestiaire, etc.). Grand, petit théâtre; architecture, aménagement(s) d'un théâtre; façade, entrée, salle, scène d'un théâtre; baignoire, loges, orchestre, parterre, vestibule d'un théâtre; rideau de théâtre. Le spectacle, ainsi composé, ainsi construit, s'étendra, par suppression de la scène, à la salle entière du théâtre (ARTAUD, Théâtre et son double, 1938, p. 150):
L'exagération de la dimension verticale combinée au rétrécissement de la dimension horizontale aboutit à ces théâtres bonbonnières où le spectateur des dernières galeries n'a droit qu'à une vision ratatinée de l'univers scénique: acteurs nabots évoluant sur une scène dont l'angle de vision fait une soupente.
SERRIÈRE, T.N.P., 1959, p. 58.
a) Loc. [désignant différents types de théâtres, en fonction de leur origine, de leurs caractéristiques]
Théâtre élisabéthain. ,,Bâtiment circulaire ou polygonal entourant un espace vide à ciel ouvert`` (DUBUC Théâtre 1979). Quant au théâtre élisabéthain, son édifice circulaire ou polygonal enserre de ses étages de galeries l'arène centrale où s'encastre l'éperon de la scène (SERRIÈRE, T.N.P., 1959, p. 56).
Théâtre à l'italienne. Espace caractérisé par une séparation entre la scène et la salle, celle-ci s'étendant en surélévation dans l'axe de la première afin de faciliter l'illusion. Les deux cellules mères du « théâtre à l'italienne », la scène en perspective et la salle en étages de loges (...), ont accompli leur évolution non pas simultanément, comme on serait tenté de le croire, mais avec un certain décalage historique (Hist. spect., 1965, p. 583).
Théâtre de poche. Théâtre de dimensions très restreintes. Voir SERRIÈRE, op. cit., p. 123.
Théâtre en rond. ,,Espace limité par un plan circulaire à l'intérieur duquel le théâtre se joue et jouent les acteurs encerclés par les spectateurs-auditeurs`` (THINÈS-LEMP. 1975). La forme particulière du cirque dont le théâtre en rond est un des rares autres exemplescrée une sorte de communion entre les artistes et le public qui les entoure et resserre autour d'eux sa sympathie (Hist. spect., 1965, p. 1521).
Cabaret-théâtre, café-théâtre. Petite salle (située à l'origine dans un cabaret, un café) où l'on peut assister à des spectacles généralement non conventionnels et à moyens limités; p. méton., cette forme de spectacle. Troupe de café-théâtre. À l'enseigne des Blancs-Manteaux, dans le Marais, les lois du cabaret-théâtre sont inversées (L'Express, 19 avr. 1976, p. 42, col. 1). Bertrand, un auteur feu follet, ignoré du public mais non des professionnels du spectacle, qui saute de la chanson au roman, du café-théâtre à la télévision (Fr. DORIN, Les Jupes-culottes, 1984, p. 11).
b) P. métaph. [La route des eaux] traverse des déserts dont elle partage l'empire avec un soleil qui dresse entre les cyprès les tréteaux d'un théâtre de mirage (GIONO, Eau vive, 1943, p. 155).
c) P. anal. (d'aspect). Quel que fût l'auteur, j'adorais les ouvrages de la collection Hetzel, petits théâtres dont la couverture rouge à glands d'or figurait le rideau: la poussière de soleil, sur les tranches, c'était la rampe (SARTRE, Mots, 1964, p. 58).
2. En partic., vieilli
a) Emplacement où se produisent les acteurs. Synon. scène, planches (fam.). Voilà à peu près comment les principaux personnages étaient disposés sur le théâtre (DELÉCLUZE, Journal, 1827, p. 455). Je ne pouvais faire attention à ce qui se passait ni sur le théâtre ni dans la salle (MUSSET, Confess. enf. s., 1836, p. 291).
b) Ensemble des décors destinés à évoquer le lieu où se déroule l'action dramatique. Le théâtre change. Le théâtre représente une forêt épaisse, dans le fond; d'un côté une plaine, des chaumières dans l'éloignement (LA MARTELIÈRE, Robert, 1793, II, 1, p. 13).
P. anal. ou au fig. [Suivi d'un déterm.] Cadre particulier et généralement bien en vue, dans lequel se déroulent certains événements, certaines manifestations de l'activité humaine. Synon. scène. Être le théâtre d'un accident, d'un combat; le théâtre politique, social. Les lices d'un tournois [sic], un champ de bataille, le fossé d'un château, la brèche d'une tour, étoient souvent le théâtre honorable où se conféroit l'ordre des vaillans et des preux (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 487). Quelques semaines plus tard, la classe de cinquième A I fut le théâtre d'un événement singulier (SARTRE, Mots, 1964, p. 189).
DÉFENSE
Théâtre d'opérations. Zone où se déroulent des combats; zone où peut s'accomplir une mission stratégique placée sous un commandement militaire unique. À la suite du départ du général de Castelnau (...) vers un nouveau théâtre d'opérations, j'avais dû procéder à une nouvelle répartition des forces (JOFFRE, Mém., t. 1, 1931, p. 431). En raison du développement des événements militaires en Tripolitaine et de leurs conséquences possibles en Afrique du Nord française, mon intention est qu'elles [les troupes] soient engagées sur ce théâtre d'opérations plutôt qu'en Russie (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 649). Théâtre d'opérations extérieur. Théâtre d'opérations situé hors de l'Europe (abrév. T.O.E.). (Dict. XXe s.).
Armes de théâtre. ,,Armes nucléaires affectées à un théâtre d'opérations, particulièrement au théâtre européen`` (GDEL). On a vu avec quel sarcasme Helmut Schmidt a parlé du terme « armes de théâtre » utilisé par les Américains pour désigner leurs bombes atomiques et leurs fusées nucléaires en Europe (Le Nouvel Observateur, 21 nov. 1981, p. 64, col. 3).
C. — P. méton.
1. Endroit où les acteurs donnent une représentation; spectacle, divertissement présenté au public dans cet endroit. Aller, se rendre au théâtre; partir, sortir du théâtre; affiches de théâtre; recettes du théâtre; acheter, louer, prendre des billets/des places pour le théâtre. Dullin (...) n'a jamais oublié qu'une des premières formes du théâtre, c'est les tréteaux, et sa technique a toujours gardé quelque chose de direct, de brut et d'improvisé qui en fait la vie et la saveur (CASSOU, Arts plast. contemp., 1960, p. 387):
2. Que dirait le public de nos théâtres, s'il ne trouvait pas, à la fin du cinquième acte, la catastrophe voulue par la justice, qui rétablit l'équilibre normal, ou plutôt utopique, entre toutes les parties, — cette catastrophe équitable attendue impatiemment pendant quatre longs actes?
BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 436.
Théâtre aux armées. Ensemble des représentations destinées aux soldats se trouvant dans les zones de combat. Pour comble de mon infortune survint le Théâtre aux Armées. Elle se créa instantanément, Musyne, cent relations militaires au Ministère et de plus en plus fréquemment elle partit alors distraire au front nos petits soldats et cela durant des semaines entières (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 99).
2. Ensemble des spectateurs d'une représentation théâtrale. Synon. salle. Tout le théâtre applaudissait debout (ROB. 1985).
3. Ensemble du personnel (artistes, techniciens, administrateur(s), directeur, etc.) généralement attaché à une salle de spectacle et qui en assure l'administration, le fonctionnement. Synon. troupe (théâtrale). L'Illustre Théâtre de Molière; théâtre du Châtelet, du Marais, de l'Atelier, de l'Odéon, de l'Opéra; le théâtre fait relâche, monte une nouvelle pièce, part en tournée; répertoire d'un théâtre. Le théâtre d'amateurs opère avec les moyens les plus simples et (...) à part peut-être ceux qui le dirigent, il ne suppose aucune connaissance ou talent spéciaux, il suffit de se consacrer avec ferveur à l'œuvre ou à l'idée à réaliser (BECQUET, Organ. loisirs travaill., 1939, p. 55).
Théâtre municipal. Théâtre dont la gestion est contrôlée par la municipalité de la ville où il est situé. (Dict. XXe s.).
Théâtre national, théâtre d'État. Théâtre dont la gestion est contrôlée par l'État et qui a pour objectif de représenter des œuvres de qualité. Non seulement les théâtres d'État, mais les scènes indépendantes (...) n'ont cessé de se chercher, dans l'immense production picturale du temps, des compagnons d'étude et de travail (CASSOU, Arts plast. contemp., 1960, p. 382). Il y a cinquante ans le Conseil d'État ne reconnaissait pas le caractère de service public aux théâtres nationaux (BELORGEY, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p. 68).
Théâtre national populaire (abrév. T.N.P.). Aujourd'hui le théâtre est entré dans les mœurs du public populaire. L'action du Théâtre national populaire qui, avec Jean Vilar et Gérard Philipe, n'hésitait pas à planter son chapiteau à Suresnes et autres quartiers ouvriers de la région parisienne y est pour beaucoup (CACÉRÈS, Hist. éduc. pop., 1964, p. 102).
Théâtre-Français. V. français III A.
Théâtre privé. Théâtre géré par des commanditaires privés et qui produit notamment des spectacles légers, faciles. Dans les théâtres privés, nulle contrainte, nulle censure n'intervient (Théâtres nat. Fr., 1954, p. 35).
Théâtre subventionné. V. subventionner B 1.
D. — P. anal. (de fonction). Construction, emplacement aménagé pour offrir des spectacles de nature diverse, avec ou sans acteurs. Théâtre de marionnettes, d'ombres. Les petits théâtres forains sont les seuls endroits où la haine du joug tudesque puisse se montrer avec quelque liberté (QUINET, All. et Ital., 1836, p. 154). Quels jolis tableaux pour les théâtres mécaniques de la foire au pain d'épice! (GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p. 310).
Théâtre d'eau. Aménagement, dans un parc, d'un endroit destiné à un spectacle de jets d'eau, fontaines, cascades, etc. À l'exposition coloniale de Vincennes, l'un des « clous » les plus remarqués portait le nom significatif de « théâtre d'eau » (Arts et litt., 1935, p. 76-13).
Théâtre de verdure. Cadre de végétation artistiquement aménagé et permettant d'assister en plein air à certains spectacles (comédie, danse, musique, etc.). (Dict. XXe s.).
II. A. — Art dont le but est de produire des représentations (régies par certaines conventions) devant un public, de donner à voir, à entendre une suite d'événements, d'actions, par le biais d'acteurs qui se déplacent sur la scène et qui utilisent ou peuvent utiliser le discours, l'expression corporelle, la musique. Synon. art dramatique. Succès du théâtre; art, force, illusion du théâtre; théâtre et cinéma; théâtre dansé, mimé; théâtre lyrique, musical; roman adapté pour le théâtre. La conception du théâtre, telle qu'elle s'est enracinée en Occident depuis la Renaissanceà partir de lointains schémas antiquesest fondée sur un dispositif scénique axial, statique, perspectiviste, rigoureusement individualiste et contraignant (THINÈS-LEMP. 1975):
3. On peut (...) reprocher au théâtre tel qu'il se pratique un terrible manque d'imagination. Le théâtre doit s'égaler à la vie, non pas à la vie individuelle, à cet aspect individuel de la vie où triomphent les caractères, mais à une sorte de vie libérée, qui balaye l'individualité humaine et où l'homme n'est plus qu'un reflet.
ARTAUD, Théâtre et son double, 1938, p. 139.
Théâtre de chambre. [P. anal. avec musique de chambre] ,,Pièces avec peu d'acteurs, destinées à être jouées dans des salles intimes`` (GDEL).
Théâtre dans un fauteuil. ,,Pièce de théâtre destinée plutôt à être lue qu'à être vue`` (GDEL).
Théâtre total. Représentation utilisant toutes les ressources artistiques (danse, chant, lumière, etc.) (d'apr. THINÈS-LEMP. 1975).
P. métaph. Souvent des êtres, surpris par un accident subit (...) et en danger de mort, ont vu s'allumer dans leur cerveau tout le théâtre de leur vie passée (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 451).
P. ext. Représentation enregistrée, filmée, puis rediffusée par le biais de la radio, de la télévision. En France comme ailleurs et peut-être un peu plus, le théâtre filmé règne, et souvent le mauvais théâtre (Arts et litt., 1936, p. 34-3). Le disque (...) a surtout été employé pour le théâtre radiophonique qu'il a, peut-on dire, renouvelé, facilitant la mise en onde et apportant des moyens techniques originaux (MATRAS, Radiodiff. et télév., 1958, p. 43).
B. — [Dans des loc.] Subst. + de théâtre
1. [En parlant de pers.]
a) [En parlant des professions, des emplois liés à l'art dramatique] Acteur, comédien, vedette de théâtre; accessoiriste, metteur en scène de théâtre; critique de théâtre; femme de théâtre. D'abord décorateur de théâtre, il vint à Rome, y rencontra Panini (...) et se consacra dès lors au paysage urbain (P. LAVEDAN, Urban., 1926, p. 225). Vidame n'était pas un comédien du premier rang; c'était pourtant un véritable homme de théâtre, riche de l'imagination particulière à ce métier. Il savait, d'un mouvement du rein ou de l'épaule, faire paraître des intentions demeurées, dans le texte des poètes, au stade embryonnaire (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p. 21).
b) [En parlant des rôles susceptibles d'être tenus par les acteurs] Bouffon, coquette, ingénue, valet de théâtre. Le Duc barbu et immobile, tous les doigts, jusqu'au pouce même, scintillant de mille feux, et des colliers plein la poitrine, semblait comme un roi de théâtre sur son estrade (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 156). Un personnage de théâtre ou de roman doit, pour être vivant, avoir quelque chose de particulier qui n'appartienne qu'à lui (LEMAITRE, Contemp., 1885, p. 235).
En partic. [Pour qualifier le jeu de l'acteur, ses gestes, sa diction, etc., partic. étudiés pour la scène] Vous savez bien, monseigneur, que les baisers de théâtre n'engagent pas une seule fibre de la chair (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p. 38). Le rire léger éclata de nouveau, insolite soudain dans cette pièce aux échos profonds, comme un rire de théâtre derrière une rampe éteinte (GRACQ, Syrtes, 1951, p. 84).
P. anal. Artificiel, exagéré. Synon. théâtral. Attitude de théâtre. Prullière et Fontan (...) s'oubliaient devant la table desservie, se racontaient leurs succès jusqu'à deux heures du matin, avec leurs gestes et leur voix de théâtre (ZOLA, Nana, 1880, p. 1308). Coquelin passait en discourant au milieu d'amis qui l'écoutaient et faisait avec la main à des personnes en voiture, un large bonjour de théâtre (PROUST, Swann, 1913, p. 420).
2. [En parlant de choses]
a) [En parlant des accessoires, des éléments matériels, techniques nécessaires à la représentation] Décors, éclairages de théâtre; fards, maquillages de théâtre; effets de théâtre; masques du théâtre italien. Des costumes de théâtre étoilés d'or étaient jetés çà et là, sur des chaises (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 48). Il imagina, il créa (...) des horizons factices, obtenus au moyen d'artifices de théâtre, des changements à vue, des forêts peintes, des empires de contes où les feuilles des arbres étaient des pierres précieuses (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Cas de div., 1886, p. 1067).
Coup de théâtre.
b) [En parlant des différents supports de l'art dram. (litt., mus., danse)] Argument, ballet de théâtre. Une musique de théâtre, une musique de pantomime (...) accompagne et commente les gestes et les actions des personnages que l'on voit en scène (P. LALO, Mus., 1899, p. 338). Le dialogue de théâtre, qui se passe de tuteurs, où l'auteur ne fait pas à tout moment sentir qu'il est là, prêt à donner un coup de main, ce dialogue qui doit se suffire à lui-même et sur lequel tout repose, est plus ramassé, plus dense, plus tendu et survolté que le dialogue romanesque (SARRAUTE, Ère soupçon, 1956, p. 112).
Pièce de théâtre.
C. — Activité, art du comédien. Cours, école de théâtre; se destiner, renoncer au théâtre. Il avait l'intention de faire du théâtre (...) c'était irrévocable, une force invincible l'y poussait (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 239).
P. anal. Attitude, comportement artificiel, emphatique. Faire du/son théâtre. Esther reçoit un coup si imprévu qu'elle se trouve comme sous l'effet du choc opératoire (...) Ses répliques de la première scène avec Liane ne sont explicables que si elle s'exprime dans une sorte de stupeur lucide (...) Elle se souvient de ses rôles. Sa sincérité se teinte donc d'un peu de théâtre (COCTEAU, Monstres sacrés, 1940, p. 11). Pauvre cher Horace! Il est la proie de cette femme et de ses superstitions (...) Elle va faire venir un prêtre. Passe encore, mais il viendra ensuite, tu entends, des religieuses (...) Le prêtre, oui. Les religieuses, c'est du théâtre (GREEN, Chaque homme, 1960, p. 52).
D. — Activité, art de l'auteur dramatique; genre littéraire regroupant toutes les œuvres qui, obéissant à certaines conventions, sont destinées à être jouées en public.
1. [Théâtre est empl. sans déterm.] Le dialoguechose écrite et parléen'appartient pas spécifiquement à la scène, il appartient au livre; et la preuve, c'est que l'on réserve dans les manuels d'histoire littéraire une place au théâtre considéré comme une branche accessoire de l'histoire du langage articulé (ARTAUD, Théâtre et son double, 1938, p. 45).
2. [Théâtre est suivi d'un déterm. (subst. ou adj.) destiné à en préciser l'origine, l'époque, les traits dominants]
a) [Le déterm. précise l'aut. des œuvres dram.] Théâtre d'Aristophane, d'Eschyle, de Molière, de Musset, de Giraudoux, de Pirandello; théâtre claudélien, cornélien. Rome sauvée est dans le théâtre de Voltaire ce que Britannicus est dans celui de Racine (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1820, p. 103). Dans le théâtre shakespearien les emplois étaient fort différents, car les rôles de femmes étaient tenus par des hommes (Arts et litt., 1936, p. 64-11).
b) [Le déterm. précise l'époque de création des œuvres dram.] Théâtre du Moyen Âge; théâtre élisabéthain. Quand on essaie de voir quelle chance a le théâtre contemporain de retrouver sa gloire naïve et son éclat, on ne peut se délivrer de cette idée insistante et d'autant plus pénible que le théâtre est un art inconnu à notre époque (VILAR, Tradition théâtr., 1963, p. 94). Ce mode d'expression de soi qu'était le théâtre antique permettait, comme le psychodrame moderne, d'opérer une catharsis, une purification de l'âme, une liquidation des complexes (Divin. 1964, p. 248).
c) [Le déterm. précise le pays, plus largement le continent d'orig. comme sources d'infl. sur les œuvres dram.] Théâtre allemand, espagnol, français, italien; théâtre balinais, japonais. La parole dans le théâtre occidental ne sert jamais qu'à exprimer des conflits psychologiques particuliers à l'homme et à sa situation dans l'actualité quotidienne de la vie (ARTAUD, Théâtre et son double, 1938, p. 85). Un des personnages traditionnels du théâtre oriental: l'homme noir du Kabuli ou l'« ombre » du théâtre chinois (SERRIÈRE, T.N.P., 1959, p. 154). V. expansif A ex. de Artaud.
d) [Le déterm. précise le genre, la tendance littér., philos.] Théâtre profane, religieux; théâtre classique, moderne; théâtre humaniste, romantique, réaliste; théâtre burlesque, épique; théâtre expressionniste, psychologique; théâtre de caractères, de mœurs. Plein d'horreur et de dégoût pour le temps présent, [il] jeta l'anathème sur la poésie, le roman et le théâtre bourgeois (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 392). Il y eut désaccord et presque bagarre entre tenants des concerts symphoniques et tenants du jazz, comme il y eut une querelle du théâtre de boulevard et du théâtre « d'avant-garde » (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 309).
En partic. [Le déterm. désigne le lieu où se passent les représentations et, p. ext., un genre spécifique]
Théâtre de boulevard.
Théâtre de la foire. V. foire1.
e) [Le déterm. précise le type de public auquel s'adressent les œuvres] Théâtre prolétarien de Piscator. Le théâtre populaireun théâtre digne du public qui ne préjuge pasne serait-il pas un théâtre de cet ordre et l'échec des œuvres incapables de vivre sans subterfuges décoratifs (COCTEAU, Parents, 1938, p. 182). Au même moment naissent des projets et des tentatives de théâtre populaire, de théâtre du peuple, de théâtre pour le peuple (CASSOU, Arts plast. contemp., 1960, p. 386).
Théâtre de/pour l'enfance, la jeunesse; théâtre scolaire. Ensemble d'œuvres présentant des caractères pédagogiques et récréatifs, destinées plus particulièrement aux enfants; spectacle créé et animé par les enfants eux-mêmes. Les autorités officielles, à nouveau favorables au théâtre scolaire, lui reconnaissent un certain nombre d'avantages: éducation de la mémoire, de la diction et de la lecture, éveil du sens artistique, développement d'un esprit d'émulation et de collaboration (DEMN.-FOUR. Enseign. 1981).
P. anal. Recueil, traité dont le thème est choisi dans un but éducatif. Théâtre d'éducation (LITTRÉ). Théâtre d'agriculture (ROB.).
REM. 1. Théâtricule, subst. masc., p. plaisant. Théâtre de très petites dimensions. Les Folies Modernes (...) une façon de théâtricule où triomphait le vaudeville à couplets et la revue de fin d'année (COURTELINE, Ah! Jeunesse! 1894, p. 12). La salle du Maurice's Club est minuscule. C'est un théâtricule qu'on a transformé (...) en salle de danse (SEM, Ronde de nuit, 1923, p. 123). 2. Théâtrier, subst. masc., péj. Auteur d'ouvrages dramatiques. Que sont, en comparaison de ce drame vraiment divin qui se joue entre l'âme et Dieu, les pauvres machines inventées par les théâtriers anciens ou modernes? (HUYSMANS, Oblat, t. 2, 1903, p. 28). 3. Théâtrophone, subst. masc., vieilli. Appareil installé sur la scène d'un théâtre et relié au réseau téléphonique, qui permet l'audition à domicile et en direct de pièces de théâtre, d'opéras, de concerts. Ailleurs, on synchronise les bruits d'un phonographe et les images mouvantes. Les journaux publient la photographie de la famille Rostand intime, écoutant l'Aiglon dans le premier théâtrophone (MORAND, Rococo, 1933, p. 89). 4. Théâtrothérapie, théâtro-thérapie, subst. fém., psychol. Psychothérapie fondée sur l'improvision théâtrale. La théâtro-thérapie est (...) souvent une grande source de satisfaction: elle permet en partie à chacun de réaliser la personne qu'il désirerait être (G. PALMADE, La Psychothérapie, 1969, p. 107).
Prononc. et Orth.:[], []. MARTINET-WALTER 1973 [--], [-a-] (13, 4). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. a) 1213 antiq. « bâtiment où se donnaient les spectacles publics » (Faits des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p. 734, ligne 9); b) 1381-89 « édifice, lieu où l'on représente des ouvrages dramatiques, où l'on donne des spectacles » qui vont ... aux festes, aux champs, au theatre (EUSTACHE DESCHAMPS, Le Miroir de mariage, 3111 ds Œuvres compl., éd. G. Raynaud, t. 9, p. 104); c) 1671 hortic. théatre [d'eau] (Comptes des Bâtiments du Roi sous le règne de Louis XIV, éd. J. Guiffrey, t. 1, p. 515: qui ont porté du sable au théatre et des recoupes à l'allée d'eau); 1715 theatre d'eau (La Theorie et la pratique du jardinage..., p. 60 ds ROMMEL 1954, p. 62); d) 1949 (COCTEAU, Théâtre de poche [titre]); 2. a) 1381-89 « le spectacle, la distraction même qu'offrent les acteurs sur scène » (EUSTACHE DESCHAMPS, op. cit., 5505, ibid., p. 180); b) 1542 « scène, estrade où jouent les acteurs » ici fig. (DEROZIERS, tr. Dion Cassius, l. LII, ch. 86 [195 v°] ds HUG.); 1581 au propre (F. D'AMBOISE, Dialogues, I, fol. 21-22, ibid.); 3. a) 1561 « ensemble des œuvres dramatiques d'un auteur, d'une époque, d'un pays... » (JACQUES GRÉVIN, Brief discours pour l'intelligence de ce théâtre ds Théâtre compl., éd. L. Pinvert, p. 5); b) 1922 c'est de la convention pour théâtre des boulevards (PROUST, Prisonn., p. 297); 1946 théâtre de boulevard et [...] théâtre « d'avant garde » (AMBRIÈRE, loc. cit.); c) 1657 « art du dramaturge » (D'AUBIGNAC, La Pratique du théâtre, Paris, A. de Sommaville, livre I, IV, p. 26: peu à peu le Théâtre a changé de face, et s'est perfectionné); 4. a) 1657 « art, profession du comédien, du metteur en scène » un beau Jeu de Théâtre (ID., ibid., livre III, IX, p. 333); b) 1690 « ensemble du personnel artistique, technique et administratif nécessaire au fonctionnement d'un théâtre » (le) théâtre de l'Opéra (FUR.); 1926 théâtre municipal (JOUHANDEAU, M. Godeau, p. 104); 5. fin XVIIe s. de théâtre « digne de théâtre, théâtral » un personnage de théâtre (BOSS., Sermons, Haine pour la vérité, 2 ds LITTRÉ); 6. 1743 coup de théâtre « événement imprévu quoique préparé qui survient dans une pièce de théâtre » (Trév.); d'où 1743 fig. l'exil de ce Ministre fut un coup de théâtre (ibid.). II. A. [XVIe s. « lieu où se produit un événement important ou dramatique pour la personne en question » (Mem. S. du G., ch. 29 ds LITTRÉ, n'a pu être vérifié)] cf. av. 1680 la France ... se trouve ... le théatre où l'on voit paroître (LA ROCHEFOUCAULD, Réflexions diverses, XVII, Des événements de ce siècle ds Œuvres, éd. M. D. L. Gilbert, t. 1, p. 343). B. 1662 le théatre de la guerre (ID., Mémoires ds RICH. 1680); 1913 le théâtre des opérations (ROMAINS, Copains, p. 207). Empr. au lat. class. theatrum « théâtre, lieu de représentations; les spectateurs, le public » et au fig. « lieu où se produit quelque chose d'important », empr. au gr. « id. », dér. de , - « regarder, contempler ». Fréq. abs. littér.:8 691. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 10 649, b) 14 344; XXe s.: a) 14 524, b) 11 452.
DÉR. Théâtreux, -euse, subst., péj. Celui, celle qui exerce une activité théâtrale (auteur, acteur, metteur en scène). C'est un joli talent, et une nature assez médiocre. Il y a du gazetier, en lui, et du théâtreux (...). Échoué là, un peu court et assez puissant, petit roi de théâtre, homme à succès, qu'a-t-il besoin de se forcer à aimer Racine! (RENARD, Journal, 1901, p. 713). En partic., au fém. Comédienne sans talent et généralement de mœurs légères. En ce temps-là, Catulle avait pour camarade de lit une petite théâtreuse d'une vingtaine d'années, nommée Jacotte (COURTELINE, Boubouroche, Pt hist. Boubouroche, 1926, p. 10). [], [tea-], fém. [-ø:z]. 1res attest. a) av. 1896 subst. fém. « demi mondaine qui s'exhibe sur les planches d'un théâtre, d'un casino, d'un café-concert » (H. BAUER, Écho de Paris ds R. encyclop., p. 228); b) 1901 subst. masc. « homme de théâtre » (RENARD, loc. cit.); de théâtre, suff. -eux.
BBG. — Archit. 1972, p. 152. — BLOIS (J.). Les Néol. dans l'hebdomadaire L'Express... Néol. Marche. 1980, n° 18, p. 138 (s.v. théâtre-crêperie). — BORN. 1967, p. II, 67. — BOUDON (P.). Rech. sémiot. sur le lieu. Semiotica. 1973, t. 7, n° 3, pp. 190-225. — HASSEL-ROT 20e s. 1972, p. 85 (s.v. théâtricule). — QUEM. DDL t. 15 (et s.v. théâtre-théâtre; théâtre-spectacle), 16, 17 (s.v. théâtreuse), 20 (s.v. film-théâtre), 21 (s.v. théâtre d'opérations), 22 (s.v. bête de théâtre), 28 (s.v. théâtre à maillots).

théâtre [teɑtʀ] n. m.
ÉTYM. V. 1200, t. d'antiq.; lat. theatrum; grec theatron.
———
I Édifice construit pour la représentation d'une action sur la scène.
1 a Antiq. Construction en amphithéâtre, généralement adossée à une colline creusée en hémicycle et comprenant quatre parties : le « theatron » (enceinte destinée au spectateur), l'hyposcenium, le proscenium et l'orchestre (cit. 1). || Théâtres grecs : de Dionysos (→ Portique, cit. 3), d'Épidaure, de Delphes, de Syracuse… || Dans les théâtres romains l'orchestre était occupé par des sièges, les portes d'accès aux gradins étaient appelées vomitoires.Spécialt. Le theatron (par oppos. au proscenium, à l'orchestre).
1 (…) et dans l'Athènes du −Ve siècle contre le flanc le moins escarpé de l'Acropole, la foule s'amassera, s'étagera, enveloppant sur une moitié seulement le cercle de « l'orchestra » et dessinant en éventail au creux de la pente le second élément du théâtre grec, celui qui devait lui donner son nom, le « theatron », la place d'où l'on voit.
P. Guillon, in Encycl. Pl., Hist. de la littérature, t. I, p. 86.
b (XIIIe). À l'époque moderne. Construction ou salle destinée aux spectacles se rattachant à l'art dramatique (théâtre au sens II., danse, musique…). || Un grand, un petit théâtre. Studio (→ Procurer, cit. 3). || Disposition, aménagements ( Scénographie), acoustique… d'un théâtre. || Parties, éléments d'un théâtre.(Destinés au spectacle). Scène; avant-scène, cantonade (vx), cintre, côté, 2. dessous (6.), 2. dessus (3.), fond (infra cit. 18), fosse, frise, gril, herse, manteau (d'Arlequin), orchestre, planche, plateau (cit. 4), projecteur, rideau, rampe (B., 2.), traînée, trappe, trappillon, travée, trou (du souffleur); coulisse, rue (supra cit. 7); loge.(Destinés aux spectateurs). Salle; banc, banquette; baignoire, balcon, corbeille, fauteuil, galerie, loge, orchestre (I., 3.), paradis (supra cit. 11), parterre, poulailler (5.), stalle (2.); buvette, corridor, foyer (II., 3.), promenoir, vestiaire.Hist. || Les théâtres élisabéthains, à cour ouverte, à galeries, à scène couverte. || Théâtre de poche. || Théâtre en rond. || Café-théâtre, cabaret-théâtre. Café-théâtre.
2 a (1616). Spécialt, vx. L'endroit où les acteurs jouent. Scène. || « Le théâtre peut être éclairé avec des bougies » (→ Coulisse, cit. 3). || Ce qui s'est passé hors du théâtre avant le commencement de l'action (→ Nœud, cit. 28, Corneille). || Se trouver sur ou sous le théâtre (→ Étudier, cit. 8). — ☑ Loc., vx. Sur le théâtre : sur la scène. || Monter sur le théâtre : jouer (→ Bouffon, cit. 1). || Mettre un personnage sur le théâtre (→ Gré, cit. 21).Par métaphore :
2 Je ne demanderais, pour changer la face du genre dramatique, qu'un théâtre très étendu, où l'on montrât, quand le sujet d'une pièce l'exigerait, une grande place avec les édifices adjacents, tels que le péristyle d'un palais, l'entrée d'un temple, différents endroits distribués de manière que le spectateur vît toute l'action, et qu'il y en eût une partie de cachée pour les acteurs.
Diderot, Entretiens sur le fils naturel, II, in Œ. esthétiques.
Spécialt. Sorte de scène mobile construite sur des tréteaux (utilisée au moyen âge, et par les troupes ambulantes).
3 Thespis du reste a duré plus longtemps qu'on ne croit. La charrette-théâtre existe encore. C'est sur des théâtres roulants de ce genre qu'au seizième et au dix-septième siècle on a joué en Angleterre les ballets et ballades d'Amner et de Pilkington, en France les pastorales de Gilbert Colin (…)
Hugo, l'Homme qui rit, II, II, VIII.
b Vx. Décor (Mme de Sévigné, in Littré). || Changement de théâtre. || « Le théâtre change, et représente une ville » (Molière, le Malade imaginaire, I, 8).
c (XVe). Fig. Le cadre, le lieu où se passe un événement (→ Salle, cit. 1). || « Je suis l'impassible théâtre » (→ Acteur, cit. 6, Vigny).Le théâtre de… Scène. || Le théâtre de plusieurs échauffourées (cit. 2). || Cette plaine a été le théâtre de nombreux combats (cf. Elle a vu de nombreux combats). || Le théâtre d'un drame (cit. 7), du crime (→ Pièce, cit. 18). — ☑ Loc. (1915, in D. D. L.). Le théâtre des opérations (5.), zone d'opérations militaires. || Théâtre d'opérations extérieur, situé hors de France (abrév. : T. O. E.).Phénomènes qui ont pour théâtre l'hydrosphère (→ Géodynamique, cit.).
4 Je ne suis plus qu'un poète de collège. J'ai abandonné deux théâtres qui sont trop remplis de cabales, celui de la comédie française et celui du monde.
Voltaire, Correspondance, 303, juil. 1735.
5 (…) monsieur Mouilleron détacha le commissaire de police et le brigadier avec un gendarme pour examiner ce que dans la langue du Ministère public on nomme le théâtre du crime.
Balzac, la Rabouilleuse, Pl., t. III, p. 1033.
5.1 Le théâtre choisi pour cette cérémonie, réglée suivant le goût asiatique, était un vaste plateau situé sur une portion de la colline qui domine d'une centaine de pieds le cours du Tom. Tout cet horizon, avec sa longue perspective de maisons élégantes et d'églises aux coupoles ventrues, les nombreux méandres du fleuve, les arrière-plans de forêts noyés dans la brume chaude, tenait dans un admirable cadre de verdure (…)
J. Verne, Michel Strogoff, p. 321.
3 (1636, « représentation »). Édifice (théâtre au sens 1) où un spectacle est présenté au public; le spectacle auquel on assiste dans un tel édifice. || Aller au théâtre (→ Inutile, cit. 7). Comédie (vx), spectacle. || La fenêtre (cit. 3), en province, remplace les théâtres. || Pleurer (→ Lieu, cit. 42), se pâmer au théâtre (→ Farceur, cit. 5).(En parlant d'un théâtre spécifique). || « J'étais seul, l'autre soir, au Théâtre français… » (Musset, Une soirée perdue). || Avoir ses entrées au théâtre (→ Instrument, cit. 7). || La sortie des théâtres (→ Agitation, cit. 5). || Prendre un billet pour aller au théâtre. Billet; contremarque, coupon; et aussi faveur (I., 4. : billet de), supplément. || Agence, billet de théâtre (→ Frivolité, cit. 8).Jumelles de théâtre.Spectateurs qui manifestent, au théâtre. Applaudir, bisser, 1. bravo, chut, chuter, rappel, rappeler, siffler (II, 3.), trisser.Par anal. || Le musée est un laboratoire et un théâtre (→ Musée, cit. 6).
Par métonymie. Les spectateurs qui assistent à une représentation théâtrale. || Amuser le théâtre (→ Épisodique, cit. 2). Chambrée (vx), galerie, loge (II.), parterre (3.); cabale (vx). || Tout le théâtre applaudissait debout. Salle.
4 Entreprise de spectacles dramatiques, généralement attachée à une salle de théâtre (sens 1). Troupe. || Le théâtre de l'Hôtel de Bourgogne. || Le théâtre du Marais. || L'Illustre Théâtre. || Théâtre de France, de l'Odéon. || Le théâtre Français : la Comédie-Française, le Français. || Être abonné aux spectacles d'un théâtre. Abonnement. || Théâtre national populaire (T. N. P.). || Le théâtre de l'Opéra, de l'Opéra-Comique (l'Opéra, l'Opéra-Comique). || Les théâtres subventionnés. Comédie.Théâtre aux armées : spectacle en tournée, réservé aux soldats dans la zone des combats.Un petit théâtre à quatre sous. Boui-boui (cit. 1), café-concert. || L'affiche d'un théâtre (→ Relâche, cit. 5).
6 Le théâtre donnait une idée plus exacte de la société. Il tenait à Paris, dans la vie quotidienne, une place exorbitante. C'était un restaurant pantagruélique, qui ne suffisait pas à assouvir l'appétit de ces deux millions d'hommes. Une trentaine de grands théâtres, sans parler des scènes de quartier, des cafés-concerts, des spectacles divers, — une centaine de salles, chaque soir, presque toutes pleines. Un peuple d'acteurs et d'employés. Les quatre théâtres subventionnés occupant à eux seuls près de trois mille personnes, et dépensant dix millions. Paris entier rempli de la gloire des cabots.
R. Rolland, Jean-Christophe, Foire sur la place, I, p. 707.
Théâtre qui joue, qui donne, monte une pièce, un spectacle. Comédie (vx), matinée, programme, représentation (I., B.), séance; coup (les trois coups), rideau (lever, chute du); entracte; relâche, répétition; reprise, saison, soirée; scène (mise en). || Répertoire d'un théâtre. || Ouverture, clôture d'un théâtre. || Directeur, acteurs… d'un théâtre (→ Impresario, cit. 1; mentionner, cit. 1). Metteur (en scène); régisseur; décorateur, impresario; accessoiriste, bruiteur, claque, comité, contrôleur, costumier, gagiste (cit.), habilleur, machiniste, maquilleur, moucheur (vx), ouvreur, placeur, revuiste, souffleur; acteur, figurant, troupe (et → ci-dessous, II.). || Les habitués des théâtres. || Rapport entre le directeur et les acteurs d'un théâtre. Audition, cachet, contrat, distribution, engagement, renvoi… || Partir en tournée avec un théâtre.
5 Construction, petite scène, écran… où l'on donne un spectacle sans acteurs. || Théâtre de marionnettes, de guignol (cit. 1). || Théâtre d'ombres.Théâtre (→ ci-dessus, 1. et 4.) où l'on donne un tel spectacle. || Organiser un théâtre de marionnettes.
6 (1671). Par anal. (de I., 2.). || Théâtre d'eau; théâtre de verdure : aménagement artistique dans un parc de pièces d'eau, d'arbres et de plantes.
7 Fig., vx. Livre présentant le panorama d'un sujet. || Le Théâtre d'agriculture et mesnage des champs (O. de Serres, 1600).
———
II (XIVe).
1 Art visant à représenter devant un public, selon des conventions (cit. 11) qui ont varié avec les époques et les civilisations, une suite d'événements ( Action) où sont engagés des êtres humains agissant et parlant. Scène, spectacle. || Du théâtre. Dramatique, scénique, théâtral. || Activités voisines du théâtre : danse (et chorégraphie), mime, pantomime, cirque… || Origine religieuse du théâtre (en Grèce, au moyen âge, etc.).Aimer le théâtre, préférer le théâtre au cinéma, le théâtre à la télévision. || Œuvre adaptée pour le théâtre. Adaptation. || L'art de plaire, le succès au théâtre (→ Équitable, cit. 8; monter, cit. 27). || L'innovation (cit. 3) au théâtre. || La technique du théâtre et la technique de l'écran (→ Autant, cit. 45).
7 Mesdames et Messieurs, c'est une extraordinaire chose que le théâtre. Des gens comme vous et moi s'assemblent le soir dans une salle pour voir feindre par d'autres des passions qu'eux n'ont pas le droit d'avoir — parce que les lois et les mœurs s'y opposent.
Gide, Nouveaux prétextes, p. 19.
8 Nous concevons le théâtre comme une véritable opération de magie. Nous ne nous adressons pas aux yeux, ni à l'émotion directe de l'âme; ce que nous cherchons à créer est une certaine émotion psychologique où les ressorts les plus secrets du cœur seront mis à nu.
A. Artaud, le Théâtre d'Alfred Jarry, Manifeste…, Œ. compl., t. II, p. 23.
9 Ce qu'on m'a rapporté des fastes japonais, chinois ou balinais, et l'idée magnifiée peut-être qui s'obstine dans mon cerveau, me rend trop grossière la formule du théâtre occidental. On ne peut que rêver d'un art qui serait un enchevêtrement profond de symboles actifs, capables de parler au public un langage où rien ne serait dit mais tout pressenti.
Jean Genet, les Bonnes, Introd.
9.1 Voilà le vrai théâtre, avait pensé Sartre : un appel à un public auquel on est lié par une communauté de situation.
S. de Beauvoir, la Force de l'âge, p. 499.
Critique de théâtre (→ Mercenaire, cit. 3), qui juge les spectacles dans tous leurs éléments (scéniques, littéraires, etc.).Acteurs, gens de théâtre. Troupe; acteur, comédien. || Un homme de théâtre, une femme de théâtre (→ Enfant, cit. 38).Personnages, rôles de théâtre, dans la tradition de la comédie italienne, classique. Amoureux, arlequin, bouffon, capitan, coquette, crispin, duègne, confident, ingénue, jocrisse, 1. lisette, 1. matamore, mère (II., 1. : mère noble), 2. paillasse, pantalon, père (père noble, cit. 10), pierrot, polichinelle, premier (I., 5. : jeune premier), protagoniste, scapin, scaramouche, soubrette, suivante, tartufe, travesti, 1. trivelin, turlupin, valet, zanni.
Pièce de théâtre : texte littéraire qui expose une action dramatique, généralement sous forme de dialogue entre des personnages. Pièce (infra cit. 20); à-propos, arlequinade, atellane (antiq.), bagatelle, ballet, bluette, bouffonnade, bouffonnerie, comédie, divertissement, entracte, 2. farce, féerie, héroï-comique, imbroglio, intermède, livret, mélodrame, mime (antiq.), miracle, mystère (III.), opéra, opéra-ballet, opéra-comique, pantalonnade (et aussi caleçonnade), pantomime (II., 2.), parodie, pastorale, proverbe, revue (II., 1), saynète, sotie, sketch, tableau, tétralogie, tragédie, tragi-comédie, trilogie, vaudeville, zarzuela.Parties, éléments d'une pièce de théâtre. Acte, scène (II., 1.); aparté, argument, dénouement, dialogue, didascalie, épisode, événement, exposition, intrigue, monologue, nœud (I., 7.), parabase (antiq.), péripétie, prologue, protase (vx), réplique (I., 3.), rôle, scénario, situation (II., 4.), sujet, tableau (vivant), tirade.Succès, échec ( Four) au théâtre.
Accessoires, costumes, décors de théâtre. Cothurne, socque; décor, décoration (vx); costière, 3. ferme (2.), mansion (hist.), 2. plan (2.), portant (II., 3.), praticable, toile (de fond). || Grimage, maquillage, masques de théâtre (→ Apparence, cit. 10), procédés par lesquels l'apparence physique du comédien est modifiée de façon à réaliser le personnage. || Artifices, trucs de théâtre. Machine.
Loc. Coup de théâtre : rebondissement, retournement brutal d'une situation dans une pièce, destiné à accroître l'intérêt de l'action. Péripétie (cit. 1).(1762, Académie). Brusque changement imprévu. || Des coups de force et des coups de théâtre (→ Fluctuation, cit. 4).
10 Un incident imprévu qui se passe en action, et qui change subitement l'état des personnages, est un coup de théâtre.
Diderot, Entretiens sur le fils naturel, I (1757), in Œ. esthétiques.
11 Il y a, dans ces parages, des coups de théâtre de l'océan desquels il faut se défier. Celui-ci par exemple, qui est un des caprices les plus fréquents de la rose des vents des Channel's Islands : une tempête souffle du sud-est; le calme arrive (…) tout à coup l'ouragan (…) revient du nord (…)
Hugo, l'Archipel de la Manche, V.
Genre, aspect du théâtre. || Le théâtre religieux, en Grèce, au moyen âge. || Théâtre profane. || Théâtre populaire; écrit, littéraire. || Théâtre improvisé (en Italie Commedia dell'arte). — ☑ Loc. Théâtre filmé.Par ext. Film dont la mise en scène est théâtrale (caméra peu mobile, jeu des acteurs, etc.).Théâtre télévisé.Théâtre spectacle; théâtre pur ou (1927) théâtre-théâtre. Théâtre musical.(1966). || Théâtre total, impliquant toutes les formes de spectacle.
11.1 À toutes les époques du XIXe siècle et du XXe siècle, il s'est trouvé un auteur dramatique considérable pour incarner ce qu'on pourrait appeler sinon le théâtre pur, du moins le théâtre-théâtre. Scribe et Sardou ont été les plus célèbres.
A. Thibaudet, Hist. de la littérature franç. de 1789 à nos jours, p. 561-562 (1936), in D. D. L., II, 15.
2 Par métaphore et fig. (vieilli). Se dit d'une apparence trompeuse, de ce qui est artificiel. Théâtral. || Fleurer (cit. 5) l'intrigue et le théâtre; sentir (cit. 29) un peu son théâtre.
De théâtre : digne du théâtre, théâtral (3.). Comédie. || Un sentiment (→ Jaloux, cit. 30), un geste (→ 2. Général, cit. 8), un ton (→ Griser, cit. 2), une voix de théâtre.
3 Spécialt. Genre littéraire; ensemble des textes destinés à être représentés en action devant un public. Comédie, drame, tragédie. || Se vouer au théâtre (→ Drame, cit. 4). || La perfection où le théâtre a été porté dans la langue française (→ Français, cit. 16). || Les règles du théâtre. || Obtenir (cit. 8) du vrai comique au théâtre.
12 Il y a le vrai théâtre, l'étude des mœurs, la peinture des caractères, la satire des tares et des travers humains, ce grand théâtre comique qui nous met en face de nous-mêmes, et, en nous amusant, nous donne sa grande leçon.
Paul Léautaud, le Théâtre de M. Boissard, XXXVII.
Vx. Qualité, caractère scénique.
13 (…) il échappe quelquefois de souhaiter la fin de tout le spectacle : c'est faute de théâtre, d'action (…)
La Bruyère, les Caractères, I, 47.
4 (1561, in D. D. L., « ensemble d'œuvres d'un auteur »). Ensemble d'œuvres dramatiques présentant des caractères communs, une origine commune. || Le théâtre d'un auteur. Œuvre. || Le théâtre d'Eschyle, de Plaute, de Shakespeare, de Corneille (→ Conduite, cit. 11), de Calderon, de Molière (→ École, cit. 19), de Racine, de Goldoni, de Marivaux, de Beaumarchais, de Goethe, de Schiller.Le théâtre antique. || Le théâtre espagnol (→ Caractère, cit. 68), italien, français… (→ École, cit. 21; empire, cit. 5). || Le théâtre chinois, japonais ( Bunraku, kabuki, nô…).Ensemble des pièces d'une école, d'une tendance littéraire, philosophique… || Le théâtre religieux du moyen âge (→ Formidable, cit. 9). Miracle, mystère (cit. 22). || Le théâtre élisabéthain, classique, romantique, symboliste, réaliste. || Théâtre de mœurs. || Théâtre de caractères (psychologique); de situation. || Théâtre poétique, épique (Bertolt Brecht). || Théâtre à thèse, à programme. || Théâtre comique, burlesque ( Farce). || Théâtre-ballet.
14 Le théâtre, autrefois, était de « caractères » : on faisait paraître sur la scène des personnages plus ou moins complexes, mais entiers et la situation n'avait d'autre rôle que de mettre ces caractères aux prises, en montrant comment chacun d'eux était modifié par l'action des autres. J'ai montré ailleurs comment, depuis peu, d'importants changements s'étaient faits en ce domaine : plusieurs auteurs reviennent au théâtre de situation. Plus de caractères : les héros sont des libertés prises au piège, comme nous tous.
Sartre, Situations II, p. 313.
Spécialt. || Le théâtre de la foire, se dit spécialement du théâtre pré-classique italien et français.Théâtre de boulevard : genre de théâtre léger, facile, commun sur les théâtres des Boulevards, à Paris, depuis la fin du XIXe siècle. Boulevard, II., 3.
5 Activités de l'acteur; profession de comédien de théâtre. || Se destiner au théâtre. || Cours de théâtre, d'art dramatique. || Faire du théâtre (→ Irrévocable, cit. 3). Jouer (III., 2.); et aussi déclamer, répéter, réplique (donner la). || Avoir le trac au théâtre. || Renoncer au théâtre (→ Éprendre, cit. 16). || Les mœurs du théâtre (→ Planche, cit. 11).
6 Franç. d'Afrique. Fam. Représentation théâtrale. || Faire un théâtre : jouer, représenter une pièce de théâtre.
DÉR. Théâtreux. — V. Théâtral.
COMP. Théâtrophone, théâtrothérapie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Theatre — Théâtre Pour les articles homonymes, voir Théâtre (homonymie). Théâtre Par catégories …   Wikipédia en Français

  • Theâtre — Théâtre Pour les articles homonymes, voir Théâtre (homonymie). Théâtre Par catégories …   Wikipédia en Français

  • Théatre — Théâtre Pour les articles homonymes, voir Théâtre (homonymie). Théâtre Par catégories …   Wikipédia en Français

  • Théâtre 13 — Lieu Paris Coordonnées 48° 49′ 43″ Nord    &# …   Wikipédia en Français

  • theatre — THEATRE. s. m. Lieu eslevé où l on represente des tragedies, des comedies, des balets, des opera &c. Un theatre magnifique. un superbe theatre. un beau theatre. la decoration d un theatre. le theatre change plusieurs fois de decoration. de beaux… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Theatre X — was an American theatre company based in Milwaukee, Wisconsin. Until its demise in 2004, it was one of the oldest operating experimental theatre ensembles in the U.S.HistoryThe company formed in 1969 as an informal workshop by a group of UW… …   Wikipedia

  • Théâtre 14 — Jean Marie Serreau Le Théâtre 14 Jean Marie Serreau, situé 20 avenue Marc Sangnier dans le 14e arrondissement de Paris, est un théâtre d arrondissement créé en 1982. En 1984, Jean Claude Amyl en prend la direction. Sur sa proposition, le Théâtre… …   Wikipédia en Français

  • theatre — (US theater) ► NOUN 1) a building in which plays and other dramatic performances are given. 2) the writing and production of plays. 3) a play or other activity considered in terms of its dramatic quality. 4) (also lecture theatre) a room for… …   English terms dictionary

  • theatre — Theatre, edifice public fait en forme de demi cercle, où le peuple s assembloit pour voir joüer les jeux, Theatrum. Theatre de merveilleuse grandeur, où se peuvent loger beaucoup de gens, Theatrum magnitudine amplissimum …   Thresor de la langue françoyse

  • theatre — British English spelling of THEATER (Cf. theater) (q.v.); for spelling, see RE (Cf. re) …   Etymology dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.